L’irruption des “autres.” Analyse de trois fronts discursifs d’identité et de résistance: chicano, antillais et andin péruvien

L’Irruption des «autres» s’attaque à une problématique à laquelle un nombre grandissant de chercheurs en sciences humaines et sociales, d’administrateurs, de politiciens, de pédagogues et même d’agents de publicité sont aujourd’hui confrontés. Il s’agit de l’interculturalité, autrement dit de la manière de comprendre et de gérer les rapports interculturels dans nos sociétés – sociétés qui non seulement se complexifient de jour en jour, mais qui sont de plus en plus conscientes du fait qu’elles doivent se penser comme étant unes et diverses en même temps. Plus concrètement, L’irruption des «autres», tel que son titre le laisse entendre, analyse la genèse de ce problème, c’est-à-dire les moments où des porte-parole de diverses minorités prennent la parole afin de souligner, implicitement ou explicitement, l’existence même de ces collectivités.

  • Auteur-e-(s): José Antonio Giménez Micó
  • Date: janvier, 2000
  • Référence: José Antonio Giménez Micó, L'irruption des “autres.” Analyse de trois fronts discursifs d'identité et de résistance: chicano, antillais et andin péruvien. Montréal: Balzac-Le Griot, 2000, 258 pages.